Identité bretonne

410, la naissance de l’État breton

dimanche 11 janvier 2015 par Ronan

« Comme les Barbares d’Outre-Rhin faisaient impunément partout des incursions et harcelaient les habitants de la Britannie et quelques unes des nations de la Gallia, ceux-ci rejetèrent le pouvoir de Rome et vécurent dans l indépendance, sans plus obéir aux lois (romaines) ». Ainsi écrit le chroniqueur byzantin, évêque en Palestine, Zozime (Historia nova, VI.5).

 
Cela se passait en 409.
Depuis deux ans les Suèves, branche des Alamas, qui avaient franchi le Rhin, avaient été transférés en Ibérie. Les troupes opérationnelles du Tractus Armoricain et du Tractus de Belgique ont fait mouvement vers le sud de la Gallia. Constantin III réside à Arles et Gerontius, dux du Tractus Armoricanus joue le rôle de proconsul en Ibérie. Les « Barbares d’Outre-Rhin », Frisons et Francs issus des divers peuples de la Germanie entre Rhin et Elbe, profitent de l’absence des chefs et mettent au pillage les côtes de la Mer du Nord et de la Manche.
Dans cette adversité il s’avère que les Britanniens, des deux côtés de la Manche, avaient assez de ressource pour faire front et rétablir la situation. A l’ouest de l’île britannique, les cadres protecteurs bretons installés en 400 assuraient la sécurité. Leur exemple fut suivi au sud-est, avec une différence : les cadres militaires étaient surtout issus des fédérés germaniques installés en colons depuis au moins deux générations.
En Armorique, les troupes sédentaires bretonnes étaient sous le commandement de leurs machtierns et, le moment des attaques surprises passé, savaient faire face aux dangers dès lors que le commandement était à la hauteur de la nécessité. Ce fut Riwall, le propre fils du dux du Tractus Armoricain qui assuma cette charge.
Les fonctionnaires romains renvoyés étaient en premier lieu les agents du fisc, dont la charge pesait lourd sur le peuple. Le pays ne restait pourtant pas sans administration. A côté des forces militaires subsistaient les assemblées civiles locales des unicipes et des ciuitates et c’est à elles que l’empereur Honorius, en 410, adressa son « rescrit » leur prescrivant « de pourvoir par leurs propres forces et moyens a leur securité ». (Zozime, H.N. VII.10).
Les Britanniens du continent, les Bretons, qui gèrent en protecteurs le Tractus Armoricain, ont assumé cette autonomie comme les Bretons de la grande île.
De l’année 410, date l’existence de l’État breton.
Le territoire de cet état est celui du Tractus Armoricain. Il comprend le Cotentin et Noirmoutier. Erispoë et Salomon n’ont pas conquis de terres étrangères, ils n’ont fait que reconstituer le Tractus Armoricain.
 
Alan-J. Raude


Portfolio

Cernunos Oppidum
Accueil | Contact | Plan du site |