Identité bretonne

Obsession

lundi 22 août 2011

L’idéologie française est l’attachement sans faille à l’unicité de la nation. Uniformité ? Car cette immuable pensée officielle tient lieu plus que jamais de religion d’état. Armand Jung, député du Bas-Rhin et président du groupe de travail sur les langues régionales, secondé par Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère, dénoncent comme beaucoup l’attitude hypocrite et discriminatoire de l’Etat Français à l’égard des langues et cultures régionales. « A force de percevoir la différence comme une menace plutôt que comme une source d’enrichissement, à force de taxer de communautariste la plus anodine expression d’altérité, nous en somme venus à ériger la France en une forteresse hermétique, provoquant les échecs de toutes tentatives d’intégration ». Incriminée par le Conseil de l’Europe et les Nations Unies pour son refus d’attribuer un statut juridique protecteur aux langues régionales, la France élude soigneusement le débat, s’indignent les deux délégués. « Comment ne pas comprendre que le breton ou l’occitan se trouve dans la même situation par rapport au français que le français par rapport à l’anglais ? Et que si le basque ou l’alsacien s’apparente à un aimable folklore vu de Paris, le français est perçu de façon aussi superflue depuis New-York ! » Les membres du groupe d’étude de l’Assemblée Nationale sur les langues régionales ont donc déposé une proposition de loi visant à doter nos langues d’un cadre juridique propice à leur développement. La manière dont ce texte sera accueilli nous rassurera sur le degré de maturité de la démocratie française...


Accueil | Contact | Plan du site |