Identité bretonne

Traité de 1499, succession du duché.

vendredi 26 août 2011

Après la mort de son royal époux Charles VIII, dont on sait trop que leur union contrainte n’avait rien d’affectueuse, notre duchesse Anna Vreizh épouse en seconde noce, si on écarte ses fiançailles avec Maximilien d’Autriche, Louis d’Orléans-Valois devenu Louis XII qui avait combattu dans les rangs de l’armée ducale en 1488. Par ce mariage et grâce à la détermination de notre duchesse, la Bretagne devient autonome. Comme l’explique clairement le Dr Melennec, le gouvernement du duché est rétabli et tout fonctionne à peu de choses près comme avant l’annexion.
Les deux souverains prennent même toutes les dispositions pour que la Bretagne redevienne indépendante après leur décès. Ils signent un contrat de succession non-ambigu le 7 janvier 1499 qui attribue la couronne bretonne à leur deuxième enfant ou à l’héritier(e) légitime du duché. Ainsi Anne de Bretagne sauve son pays.
Anne étant décédée en 1514, sa fille Claude devient duchesse, mariée au duc d’Angoulême, futur François 1er de France. Elle lui cède même des droits qu’elle ne possède pas, le contrat de mariage entre sa mère Anne et Louis XII étant valide (seuls les états de Bretagne ayant droit de le modifier, chose qui n’a pas été faite). Le contrat de 1499 s’applique néanmoins et reconnait comme successeur légitime de la Bretagne Henry, le deuxième fils de Claude et François, leur fils aîné étant dauphin de la couronne de France. Le roi français, donc leur père, viole le contrat de 1499, dépossède Henry de ses droits sur la Bretagne pour les attribuer à son fils aîné !
Le Dr Melennec ajoute qu’au prix de manœuvres illégales et honteuses, tels l’abolition du gouvernement breton, suppressions des fonctions de premier ministre et chancelier, mise en place de fonctionnaires français à tous les postes à hautes responsabilités, concussions et achats de consciences, menaces exercées sur certaines familles de les déposséder de leurs biens, attribution (après expropriation à des bretons) de vastes domaines à des Français royalistes, les envahisseurs passent aux actes en août 1532 par un faux traité d’union qui n’est en fait qu’un édit unilatéral !


Accueil | Contact | Plan du site |